Florence N

Veille documentaire Viêt Nam et Adoption. Un espace pour venir parler du Viêt Nam pays cher à mon coeur.

20 novembre 2007

Agent orange/dioxine : le soutien aux victimes se poursuit en France

"Des corps malformés, des douleurs qui déchirent et le rêve de s'élever des enfants vietnamiens de la dioxine…
Le documentaire La guerre qui n'en finit pas, du metteur en scène canadien Bruno Bouliane et du journaliste Loreto Garrido, a fait pleurer plusieurs spectateurs avec les scènes insoutenables de ces victimes et de leurs proches qui se battent contre les séquelles laissées par l'agent orange/dioxine, le défoliant largué par l'armée américaine lors de la guerre au Vietnam, il y a plus de 30 ans. Suite à cette séance, les chansons et la musique interprétées par les jeunes Phan Thi Phuong Dung et Nguyen Duc Anh Manh, aveugles de naissance à cause de ce toxique, ont encore rendu plus émouvant le dîner-concert organisé pour soutenir des victimes vietnamiennes de la dioxine.

Cette manifestation, organisée dimanche au siège de l'Union générale des Vietnamiens de France (UGVF), a attiré de nombreux Vietnamiens résidant à Paris ainsi que des amis français. Cette initiative de l'UGVF et des associations humanitaires "Vietnam, les enfants de la dioxine" et "Collectif Vietnam Dioxine" a été honorée de la présence, entre autres, de l'ambassadeur Van Nghia Dung, représentant du Vietnam à l'UNESCO, de l'attaché culturel de l'ambassade du Vietnam en France, Dô Duc Thanh, et du secrétaire général de l'UGVF, Bui Thanh Tùng.

Cette soirée d'échanges avec les Viêt kiêu à Paris n'est en fait qu'une partie de la tournée en France de ces 2 jeunes artistes handicapés, élèves de l'école Nguyên Dinh Chiêu à Hô Chi Minh-Ville. Arrivés en France depuis début octobre grâce à l'aide de "Vietnam, les enfants de la dioxine", ces 2 jeunes ont participé à un stage de formation à la canne blanche électronique dans la ville de Rocamadour (région Midi-Pyrénées). Cette sorte de canne, fabriquée par le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), est conçue pour permettre aux malvoyants de se déplacer plus facilement. Au terme de ce stage, les 2 jeunes vietnamiens se sont vu offrir 2 de ces cannes, d'une valeur unitaire de 1.000 euros, une 3e étant offerte au Centre des malvoyants du Vietnam.

Selon André Bouny, cette formation contribue à augmenter l'autonomie des malvoyants et si l'essai s'avère concluant, une collaboration sera mise en place avec d'autres organisations pour aider les victimes vietnamiennes de l'agent orange à accéder à cette nouvelle technologie. Fondateur de "D.E.F.I. Vietnam" et président du Comité international de soutien aux victimes vietnamiennes de l'agent orange et pour le procès de New York, André Bouny est également un des parraineurs du stage de ces 2 jeunes victimes vietnamiennes.

Durant leur séjour en France, Phuong Dung et Anh Manh ont été invités à participer à de nombreux concerts dans le cadre de la Semaine de solidarité internationale organisée par les localités françaises, dont un concert de soutien aux victimes vietnamiennes de l'agent orange à Rocamadour, un autre consacré au thème "Les chansons vietnamiennes et la musique algérienne" à Choisy-le-Roi (région île-de-France), ainsi qu'un concert de charité dans le 13e arrondissement de Paris."

Thu Hà Nguyên/CVN
(20/11/2007)

http://lecourrier.vnagency.com.vn/default.asp?CATEGORY_ID=16&NEWSPAPER_ID=39&TOPIC_ID=50&REPLY_ID=48494

Posté par FANT à 22:05 - Culture - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire